En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal AgroParisTech université Paris-Saclay 3BCAR

ECOSYS Bienvenue

UMR ECOSYS - Ecologie fonctionnelle et écotoxicologie des agroécosystèmes

RESCAPE 2015-2018

RESCAPE
Résistance des paysages agricoles aux transferts de pesticides dans les sols et les organismes vivants

L’intensification des pratiques agricoles est de plus en plus remise en cause, que ce soit pour des raisons socio-économiques, sanitaires ou environnementales. Lancé en 2008 à la suite du Grenelle Environnement, le plan Ecophyto a mis en évidence une réelle nécessité de trouver des leviers d’action pour diminuer les recours, que ce soit en matière de protection des cultures ou de fertilisation, aux intrants chimiques.

L’organisation du paysage peut influencer la répartition des intrants chimiques et plus particulièrement celle des pesticides, l’exposition des organismes vivants, les processus écologiques liés aux services écosystémiques - c’est-à-dire aux bénéfices que les humains retirent des écosystèmes et donc les fonctionnalités des écosystèmes. Démêler l’influence respective des modifications du paysage et des apports de pesticides sur ces différents paramètres constitue un défi scientifique dont sont susceptibles d’émerger des recommandations pour des pratiques agricoles durables.

Le projet RESCAPE - Résistance des paysages agricoles aux transferts de pesticides dans les sols et les organismes vivants, coordonné par Céline Pelosi, UMR Écologie fonctionnelle et écotoxicologie des agroécosystèmes (Inra, AgroParisTech), contribue aux efforts de recherche sur les effets des pratiques agricoles et de l’occupation des sols sur les effets non intentionnels des pesticides à l'échelle du paysage.

L’objectif de ce projet est d'évaluer l'impact des caractéristiques du paysage (composition et structure) et des pratiques culturales (en particulier des apports de pesticides) sur la résistance des paysages agricoles aux transferts de pesticides dans les sols, dans les réseaux trophiques et sur la perte de biodiversité fonctionnelle.

 

RESCAPE, en pratique

En pratique, RESCAPE prévoit l’étude de 60 fenêtres paysagères (1 km de côté) dans une plaine céréalière au sud de Niort, la Zone atelier Plaine & Val de Sèvre afin de pouvoir discriminer les effets respectifs des caractéristiques du paysage et des traitements pesticides sur les variables étudiées. In fine, l’objectif est d’identifier des paysages « à risque » ou « résistants » aux transferts et aux effets non-intentionnels des pesticides. Le but ? Proposer des outils de gestion du paysage qui permettent d’améliorer la résistance des agrosystèmes aux effets des pesticides et des bioagresseurs, tout en réduisant le recours aux pesticides.

 RESCAPE repose une large gamme de données cartographiques, d’utilisation des terres, de pratiques culturales et de biodiversité sur plusieurs groupes d’organismes, que complètent des enquêtes auprès des agriculteurs et des prélèvements de sol (caractérisation physico-chimique et dosage de pesticides) et d’animaux (vers de terre, carabes et micromammifères, pour dosages de pesticides) dans différents éléments constitutifs du paysage (éléments semi-naturels divers, parcelles cultivées). L’étude de la distribution spatiale des pesticides dans les sols s’appuie, quant à elle, sur le développement de modèles de transfert latéraux impliquant la dispersion atmosphérique.

 

RESCAPE, collection printemps-été 2016

Aujourd’hui, RESCAPE entre dans une phase opérationnelle.

Du 29 mars au 8 avril 2016, les scientifiques ont investi leur zone d’étude pour réaliser prélèvements et mesures. A l’automne prochain, des enquêtes seront réalisées auprès des agriculteurs. En parallèle, le consortium poursuit son travail de modélisation des dépôts atmosphériques des pesticides dans les éléments constitutifs du paysage et sur les modèles prospectifs d’impacts de l’organisation paysagère et de l’utilisation des pesticides sur la biodiversité. Sans oublier la constitution de base de données, destinées à être rendues publiques, constituée pour rassembler les données disponibles (extraction de données existantes, études de cartes et choix des fenêtres paysagères) ou en cours d’acquisition.

 

Le projet RESCAPE, en chiffres

Le projet RESCAPE réunit six partenaires d’instituts de recherche et d’universités françaises dont les compétences diverses permettront de mener à bien ses objectifs scientifiques et techniques.

Démarré en octobre 2015, Rescape s’achèvera en 2018 au terme de 36 mois de recherche. Il bénéficie d’un financement du Ministère en charge de l’Ecologie.