En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu INRAE Université Paris-Saclay AgroParisTech UMR Agronomie

Unité Agronomie - centre Versailles-Grignon

AGRONOMIE

Quels effets ont les caractéristiques du paysage sur les bioagresseurs des grandes cultures ?

Distribution spatiale des parcelles suivies (blé d'hiver, orge d'hiver, maïs, colza, betterave à sucre et pomme de terre)
La gestion des paysages est souvent vue comme l’un des leviers à mobiliser pour améliorer la gestion des bioagresseurs. Cependant, la complexité des interactions rend difficile l'établissement de règles générales, et, selon les bioagresseurs étudiés, des éléments paysagers peuvent avoir des effets opposés, ce qui a été rapporté dans de nombreuses publications scientifiques. Dans cette étude nous mettons en relation les données d’épidémiosurveillance françaises pour 30 des principaux bioagresseurs des grandes cultures française et les cartographies nationales des espaces arborés et grandes cultures.

Il y a beaucoup d’attentes de la société sur la réduction de l’utilisation des pesticides par les agriculteurs. Plus de la moitié des volumes de pesticides est utilisée sur des grandes cultures (blé, maïs, colza,…). La conception de paysages limitant les abondances de bioagresseurs est ainsi envisagée par les scientifiques comme par les concepteurs de politiques publiques. Cependant, les éléments paysagers peuvent avoir des effets opposés sur les différents bioagresseurs des grandes cultures. Nous proposons un bilan sur les 30 bioagresseurs les plus importants sur  6 des principales cultures de plein champ en France (Blé, Colza, Maïs, Orge, Betterave, Pomme de terre). Pour cela nous mettons en regard les observations du réseau d’épidémiosurveillance végétale de 2009 à 2017 et les cartes nationales de forêts, haies et surfaces agricoles.

Nous observons une tendance très nette à l’augmentation de la présence des bioagresseurs une année donnée et dans un territoire donné en fonction de l’importance des surfaces de culture susceptibles d’avoir hébergé ces bioagresseurs l’année précédente (dites « cultures hôtes »). Les surfaces de la culture hôte de l’année même ont un effet plus complexe : dans le cas des maladies fongiques, le risque a tendance à augmenter avec l’abondance des cultures hôtes ; à l’inverse, pour les ravageurs au cycle annuel, le risque diminue avec l’augmentation des cultures dans le paysage.  Nous avons également constaté que les zones boisées, les haies et les prairies avaient des effets opposés suivant les ravageurs et agents pathogènes étudiés. Les paysages ont néanmoins dans l’ensemble un effet plus important que les rotations intra-parcellaires sur les bioagresseurs étudiés, en l’état actuel des rotations en France. Mais l’impact des paysages sur les présences de bioagresseurs reste finalement assez faible par rapport aux effets du climats, qui restent prédominants.

Les tendances que nous avons identifiées pourraient-elles être utilisées pour raisonner la protection des grandes cultures à l'échelle du paysage ? La constitution de paysages agricoles visant à contrarier le développement de populations de ravageurs ou pathogènes en favorisant des espaces semi-naturels ne semble pas possible si l’on veut répondre à l’ensemble des bioagresseurs présents en grandes cultures en France. Par contre, une diversification des paysages culturaux (espèces et type de protection) et une gestion dynamique des cultures dans le paysage suivant les évolutions pluri-annuels des bioagresseurs pourraient être envisagées, mais seraient alors conditionné à un travail de concertation territoriale entre les différents acteurs, notamment les agriculteurs. Ces travaux se poursuivent dans le cadre du projet MoCoRiBA, financé par le plan Ecophyto (ANR-001368-P00004321), qui vise à fournir aux agriculteurs une perception locale et personnalisée du risque lié aux bioagresseurs en fonction de leurs pratiques et de leur situation géographique, limitant ainsi le recours aux produits phyto-sanitaires lorsqu’ils ne sont pas nécessaires.

 

Valorisation : Référénce : Delaune, T., Ouattara M.S. , Ballot R., Sausse C., Felix I., Maupas F., Chen M., Morison M., Makowski D., Barbu C.M. (2021). Landscape drivers of pests and pathogens abundance in arable crops. Ecography vol. 44 (10) 1429-1442 https://doi.org/10.1111/ecog.05433.

Cet article a été mis à la Une (« Editor’s choice ») du journal Ecography lors de sa parution en octobre 2021 :