En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu INRAE Université Paris-Saclay AgroParisTech UMR Agronomie

Unité Agronomie - centre Versailles-Grignon

AGRONOMIE

Quels effets ont les caractéristiques du paysage sur les bioagresseurs des grandes cultures ?

Distribution spatiale des parcelles suivies (blé d'hiver, orge d'hiver, maïs, colza, betterave à sucre et pomme de terre)
La gestion des paysages est souvent vue comme l’un des leviers à mobiliser pour améliorer la gestion des bioagresseurs. Cependant, la complexité des interactions rend difficile l'établissement de règles générales, et, selon les bioagresseurs étudiés, des éléments paysagers peuvent avoir des effets opposés, ce qui a été rapporté dans de nombreuses publications scientifiques. Dans cette étude nous mettons en relation les données d’épidémiosurveillance françaises pour 30 des principaux bioagresseurs des grandes cultures française et les cartographies nationales des espaces arborés et grandes cultures.

Il y a beaucoup d’attentes de la société sur la réduction de l’utilisation des pesticides par les agriculteurs. Plus de la moitié des volumes de pesticides est utilisée sur des grandes cultures (blé, maïs, colza,…). La conception de paysages limitant les abondances de bioagresseurs est ainsi envisagée par les scientifiques comme par les concepteurs de politiques publiques. Cependant, les éléments paysagers peuvent avoir des effets opposés sur les différents bioagresseurs des grandes cultures. Nous proposons un bilan sur les 30 bioagresseurs les plus importants sur  6 des principales cultures de plein champ en France (Blé, Colza, Maïs, Orge, Betterave, Pomme de terre). Pour cela nous mettons en regard les observations du réseau d’épidémiosurveillance végétale de 2009 à 2017 et les cartes nationales de forêts, haies et surfaces agricoles.

Nous observons une tendance très nette à l’augmentation de la présence des bioagresseurs une année donnée et dans un territoire donné en fonction de l’importance des surfaces de culture susceptibles d’avoir hébergé ces bioagresseurs l’année précédente (dites « cultures hôtes »). Les surfaces de la culture hôte de l’année même ont un effet plus complexe : dans le cas des maladies fongiques, le risque a tendance à augmenter avec l’abondance des cultures hôtes ; à l’inverse, pour les ravageurs au cycle annuel, le risque diminue avec l’augmentation des cultures dans le paysage.  Nous avons également constaté que les zones boisées, les haies et les prairies avaient des effets opposés suivant les ravageurs et agents pathogènes étudiés. Les paysages ont néanmoins dans l’ensemble un effet plus important que les rotations intra-parcellaires sur les bioagresseurs étudiés, en l’état actuel des rotations en France. Mais l’impact des paysages sur les présences de bioagresseurs reste finalement assez faible par rapport aux effets du climats, qui restent prédominants.

Les tendances que nous avons identifiées pourraient-elles être utilisées pour raisonner la protection des grandes cultures à l'échelle du paysage ? La constitution de paysages agricoles visant à contrarier le développement de populations de ravageurs ou pathogènes en favorisant des espaces semi-naturels ne semble pas possible si l’on veut répondre à l’ensemble des bioagresseurs présents en grandes cultures en France. Par contre, une diversification des paysages culturaux (espèces et type de protection) et une gestion dynamique des cultures dans le paysage suivant les évolutions pluri-annuels des bioagresseurs pourraient être envisagées, mais seraient alors conditionné à un travail de concertation territoriale entre les différents acteurs, notamment les agriculteurs. Ces travaux se poursuivent dans le cadre du projet MoCoRiBA, financé par le plan Ecophyto (ANR-001368-P00004321), qui vise à fournir aux agriculteurs une perception locale et personnalisée du risque lié aux bioagresseurs en fonction de leurs pratiques et de leur situation géographique, limitant ainsi le recours aux produits phyto-sanitaires lorsqu’ils ne sont pas nécessaires.

 

Valorisation : Référénce : Delaune, T., Ouattara M.S. , Ballot R., Sausse C., Felix I., Maupas F., Chen M., Morison M., Makowski D., Barbu C.M. (2021). Landscape drivers of pests and pathogens abundance in arable crops. Ecography vol. 44 (10) 1429-1442 https://doi.org/10.1111/ecog.05433.

Cet article a été mis à la Une (« Editor’s choice ») du journal Ecography lors de sa parution en octobre 2021 :